Espace professionnel

Espace privé

 

Pôle Sud île de France
 

Premier site dédié à la prise en charge
des anomalies du sein après dépistage

 

 
 

Sein : quelles anomalies ?

Anomalie dans un sein : qu’est-ce que cela peut être ?

Une « anomalie » peut correspondre à :

  • Une boule ou « nodule » que vous ou votre médecin palpez, ou bien visible en mammographie et/ou échographie seulement
  • Des microcalcifications
  • D’autres anomalies : déformation du sein, attraction de la peau, rétraction du mamelon, inflammation, écoulement par le mamelon, douleurs du sein, anomalies cutanées au niveau du mamelon

Dans la grande majorité des cas, les anomalies du sein sont bénignes mais elles peuvent parfois correspondre à une lésion à risque de cancer du sein ou à un cancer du sein. Un diagnostic précis doit donc être posé sur chaque anomalie.

La plupart des diagnostics bénins pourront être posés de façon très simple en vous examinant et avec une mammographie et/ou une échographie et votre médecin pourra vous rassurer : si vous constatez une anomalie de votre sein, consultez alors votre médecin traitant ou gynécologue sans tarder.

Si des examens complémentaires sont nécessaires, votre médecin pourra les organiser pour vous.

L’objectif de ce site internet est de vous guider sur les examens à faire et les lieux où ces examens peuvent être réalisés.

Comment faire le diagnostic d'une anomalie du sein : principes

Boules et microcalcifications :

Une boule ou « nodule » peut être dépisté par vous, par votre médecin, ou bien par la mammographie voire l’échographie.

La classification mammographique et échographique par le radiologue donne un fort niveau d’information sur l’image observée.

Le diagnostic de certitude d’une lésion bénigne peut être apporté

  • Par la mammographie et/ou l’échographie (si classée ACR2),
  • Par la surveillance régulière pour une lésion peu suspecte (ACR3),
  • Ou par la cytologie ou biopsie en cas de lésion suspecte (ACR4 voire 5).

Voir les questions et les réponses sur les lésions bénignes


Le diagnostic de certitude de cancer est obligatoirement fait par une ponction ou biopsie : lorsqu’une anomalie mammaire suspecte a été dépistée, une ponction ou biopsie doit être réalisée et en cas de cancer c’est elle qui affirmera le diagnostic.

Pourquoi le diagnostic cytologique ou histologique d’une lésion mammaire suspecte est-il indispensable avant une chirurgie :

Même si la lésion est très suspecte en mammographie ou échographie, le diagnostic pré-opératoire est aujourd’hui totalement indispensable pour deux raisons :

  • Il peut éviter de nombreuses chirurgies inutiles s’il ne s’agit pas d’un cancer
  • Il permet d’optimiser d’emblée la chirurgie s’il s’agit d’un cancer : si ce cancer est de petite taille par exemple, un geste ganglionnaire plus léger de type ganglion sentinelle pourra être programmé et permettra à la patiente d’éviter un curage axillaire. Dans d’autres cas par exemple, le traitement pourrait être d’abord médical (néo-adjuvant) pour permettre une chirurgie ensuite moins lourde.

Dans de très rares cas, ce diagnostic pré-opératoire n’est pas possible en raison de la localisation des images radiologiques non accessibles à une biopsie, par exemple, et la chirurgie fera le premier diagnostic.

Comment faire le diagnostic cytologique ou histologique :


  • Si la lésion est palpable : une ponction cytologique ou une biopsie peut être faite avec le repère de la palpation (situation de plus en plus rare actuellement car la taille des lésions diminue régulièrement)
  • Si la lésion est une « boule » ou « nodule » non palpable : la ponction ou biopsie sera faite sous repérage soit par échographie soit par mammographie
  • S’il s’agit de microcalcifications : le diagnostic doit être fait par une biopsie sous repérage mammographique nommée « macrobiopsie stéréotaxique »

Globalement, le diagnostic est plus fiable si un guidage radiologique de la biopsie est réalisé.

Délais pour le diagnostic :


  • Un délai de quelques jours est nécessaire pour l’obtention du diagnostic après ponction ou biopsie
  • Le résultat vous sera donné lors d'une nouvelle consultation par le médecin qui a demandé la biopsie. Il vous indiquera alors, si d'autres examens ou un traitement sont nécessaires.
    Le site Pôle Sud Île-de France peut vous aider et aider votre médecin pour votre prise en charge si un traitement s'avère nécessaire

Autres anomalies mammaires pouvant être dépistées :


  • Déformation du sein (attraction de la peau ou rétraction du mamelon) : une consultation s’impose auprès de votre médecin traitant ou votre gynécologue. Une mammographie et une échographie seront pratiquées et la conduite à tenir sera définie en fonction du résultat de ces deux examens, en milieu spécialisé pluri-disciplinaire. D’autres examens peuvent être nécessaires : IRM du sein, galactographie parfois. Si une lésion est retrouvée, nodule ou microcalcifications, une biopsie en sera pratiquée Une chirurgie sera souvent nécessaire.
  • Inflammation : une inflammation du sein (sein rouge, chaud en partie ou en totalité) doit vous conduire à consulter très vite votre médecin traitant ou gynécologue. Elle peut être de cause tout à fait bénigne, un traitement local et général vous sera alors proposé. Elle peut parfois être en rapport avec un cancer sous-jacent. En cas d’inflammation, une mammographie et souvent une échographie du sein seront pratiquées et, au moindre doute, une biopsie devra être réalisée, en milieu spécialisé.
  • Écoulement par le mamelon : en présence d’un écoulement en dehors de la grossesse et de l’allaitement, vous devez consulter votre médecin traitant ou votre gynécologue. Celui-ci aura une attitude différente s’il s’agit d’un écoulement clair ou blanc ou brun, des deux côtés, par plusieurs pores du mamelon (cause bénigne dans l’immense majorité des cas à identifier avec l’aide d’une prise de sang et d’une mammographie et échographie) ou au contraire s’il s’agit d’un écoulement sur un seul pore d’un seul côté, surtout si cet écoulement est sanglant. Des examens poussés seront alors nécessaires dans ce cas (mammographie, échographie, IRM, biopsie selon les résultats et éventuellement chirurgie).
  • Douleurs du sein : dans l’immense majorité des cas, les douleurs du sein sont de cause totalement bénigne et ne nécessitent pas d’investigations particulières. Elles doivent vous conduire à consulter si elles sont inhabituelles chez vous, localisées d’un seul côté, ou associées à un autre symptôme cité (déformation, écoulement, inflammation, lésion cutanée).
  • Lésion cutanée : la présence au niveau du mamelon de « boutons » ou de lésions qui vous démangent, ou bien de boutons inhabituels sur le sein, doivent vous conduire à consulter votre médecin traitant ou gynécologue.

Comment savoir si on est à risque de cancer du sein ?

Le risque de cancer du sein d’une femme sans antécédents particuliers est aujourd’hui de 1/10 environ.

Quelques situations spécifiques à risque de cancer du sein peuvent être identifiées :

  • Risque héréditaire : 5% des cancers du sein sont réellement héréditaires (en rapport avec la présence d’une anomalie génétique constitutionnelle qui ne prédispose qu’au cancer). Ces anomalies génétiques peuvent être identifiées et peuvent conduire à un suivi spécifique. Les risques de cancer du sein en cas d’anomalie de ce type sont très élevés (50-80% au cours de la vie). Dans de nombreuses familles, il existe plusieurs cas de cancer du sein mais ce type d’anomalie n’est pas identifié.
  • Risque « histologique » : en cas de présence de certaines lésions mammaires, découvertes lors d’une biopsie, le risque de cancer du sein peut-être plus élevé que dans la population générale, jusqu’à 20-35% au cours de la vie. Ces lésions sont nommées « atypiques ». Elles comprennent aussi les «carcinomes lobulaires in situ» ou «néoplasies lobulaires de grade 3».
  • Antécédent personnel de cancer du sein : toute femme qui a eu elle-même un cancer du sein est plus à risque d’en avoir un autre et sera surveillée de façon accrue (mammographie annuelle à vie par exemple).
  • strong>Autres risques : d’autres situations peuvent élever modérément le risque de cancer du sein comme un antécédent de radiothérapie sur la cage thoracique, les traitements hormonaux substitutifs de la ménopause, et de nombreux facteurs liés à la vie hormonale et à l’activité physique.
  • Votre médecin traitant ou gynécologue pourra vous donner plus de détails.

    Le risque individuel peut être évalué ou calculé et des mesures appropriées peuvent éventuellement être prises (dépistage, prévention).


    Note : La plupart des lésions bénignes ne sont pas à risque de cancer (adénofibromes, ectasie galactophorique, etc.). La présence de microcalcifications sur la mammographie ne représente pas un risque de cancer. Seule la classification radiologique de cas microcalcifications (topographie, aspect, nombre, regroupement) peut faire suspecter une lésion précancéreuse ou un cancer débutant, et, dans certains cas, conduire à une biopsie.

Page modifiée le mercredi 23 Mars 2011, 14:41

 

  

 

 

 

© Copyright 2008 Pôle Sud Ile de France | Résolution conseillée 1024x768 | Mentions légales | Prehome | Réalisé par KerniX

En savoir plus

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter, saisissez votre adresse mail

 

Forum

Inscrire son centre hospitalier :